C'est quoi l'illettrisme aujourd'hui en France ?

Enquête sur l’illettrisme et l’illectronisme en région Centre-Val de Loire parue en juin 2023

Souvent invisibles, l’illettrisme et l’illectronisme sont pourtant des difficultés majeures qui touchent plus de personnes qu’on ne le croit. Dans ce contexte, il apparaît comme essentiel de mieux comprendre la réalité des personnes concernées, de trouver des solutions et de mieux appréhender les enjeux liés à leur formation.

Le Gip Alfa Centre-Val de Loire a mené une enquête pour mesurer, pour la première fois, le taux d’illettrisme et d’illectronisme à l’échelle du territoire régional. Cette étude, confiée par la Région Centre-Val de Loire avec le soutien de l’État, a été financée dans le cadre du Plan Régional d’investissement dans les compétences (Pacte).

Ce document a pour objectif d’outiller les politiques publiques de lutte contre l’illettrisme et l’illectronisme en Centre-Val de Loire et de présenter pour la première fois les chiffres-clés régionaux.

 
1 675 personnes enquêtées sur l’ensemble du territoire régional

Cet article présente les détails méthodologiques d'une enquête menée dans la région du Centre-Val de Loire afin de mesurer les taux d'illettrisme et d'illectronisme parmi la population âgée de 18 à 65 ans en 2022. L'enquête a été réalisée par près de 100 enquêteurs formés, qui ont effectué des entretiens en face-à-face d'une durée de 45 minutes avec un total de 1 675 participants.

L'échantillon utilisé dans cette étude a été construit en utilisant la méthode des quotas, basée sur les données de l'Insee pour l'année 2021. Cette méthode permet de garantir la représentativité de l'échantillon par rapport à la population de la région. Seuls les individus ayant effectué leur scolarité en France ont été inclus dans le calcul des taux d'illettrisme et d'illectronisme.

Il convient de souligner que cette enquête a été réalisée en partenariat technique avec deux organismes importants dans la lutte contre l'illettrisme : l'Agence Nationale de Lutte Contre l'Illettrisme (ANLCI) et l'Union Régionale des Centres de Ressources Illettrisme Analphabétisme Centre-Val de Loire (URCRIAC). Cette collaboration renforce la validité et la fiabilité des résultats obtenus, ainsi que l'importance accordée à la résolution de ce problème.

Nom du fichier : Résultats de l'enquête complète sur l’illettrisme et l’illectronisme en région Centre-Val de Loire

Télécharger

 

Quelques exemples d’idées reçues :

Qui est concerné par l’illettrisme ?

Beaucoup d’idées reçues limitent ce phénomène aux classes d’âge les plus jeunes. Or, l’illettrisme touche tous les domaines, tous les âges, tous les espaces de vie.

La moitié des personnes en situation d’illettrisme a plus de 45 ans.
Le taux d’illettrisme est plus fort pour les groupes d’âge les plus élevés :

Plus de la moitié exerce une activité professionnelle. La lutte contre l’illettrisme touche donc de très près le monde du travail et de l’entreprise.
Pour en savoir plus sur les personnes concernées par l’illettrisme et disposer des chiffres officiels de l’INSEE, cliquez ici

 

Quelles sont les causes de l’illettrisme ?

Beaucoup d’idées reçues font penser que l’illettrisme est dû à l’environnement (zones sensibles), au milieu social, au cadre familial, à la langue maternelle, etc. Or, l’expérience des acteurs de terrain a permis de relever une multiplicité de causes qui souvent se combinent entre elles :

Un passé scolaire douloureux, des situations de rupture, des difficultés familiales, professionnelles, sociales, des situations de travail où le recours à l’écrit n’est pas nécessaire.
Un effritement des compétences de base lorsqu’elles ne sont pas utilisées, pratiquées, des problèmes de santé…

 

L’illettrisme est invisible mais ce n’est pas un phénomène marginal

Les personnes qui y sont confrontées font tout pour cacher leurs problèmes, contourner leurs difficultés et passer inaperçues.

 

L’illettrisme n’est pas le problème exclusif des quartiers urbains

Il est présent sur tous les territoires dans les zones rurales comme dans les villes.

 

L’illettrisme ne concerne pas que les exclus

Plus de la moitié des personnes concernées sont dans l’emploi.

 

L’illettrisme ne signifie pas incompétence, illettrisme ne signifie pas inintelligence

Des hommes et des femmes se sont constitué un capital de compétences sans avoir recours à l’écrit même si ce capital est très fragile.

 

L’illettrisme et l’immigration ne se confondent pas

La lutte contre l’illettrisme ne doit pas être confondue avec la politique linguistique en faveur des migrants.

 

Sans être nécessairement synonyme d'exclusion, l’illettrisme peut isoler et freiner l’insertion sociale, l’accès à l’emploi et la mobilité professionnelle de ceux qui y sont confrontés. Mais c’est une situation dont on peut sortir.

Des hommes et des femmes de tous les âges et qui vivent dans des contextes très différents y sont confrontés ; les situations de rupture (échec scolaire, travail, santé, famille…) peuvent contribuer à cet effritement des connaissances, mais des solutions appropriées pour remettre en route les processus d’apprentissage existent.

Atlas ANLCI 2021Atlas ANLCI 2021 (2.27 Mo)

 

Les chiffres de l'Observatoire de Loir-et-Cher

En effet, les pourcentages nationaux projetés au département du Loir-et-Cher, indiquent que 23 000 personnes seraient encore en difficulté au regard des savoirs de base dans notre département.

Observ ill 2

×